lundi 8 janvier 2018

Tout est prêt. Prenons la route.

- « Tout est prêt. Prenons la route.
- Merci Gérard »
Oui, j’ai nommé Gérard le gars qui me guide sur la route via Wase. Il est sympa Gérard, mais impossible de tenir une discussion de plus de deux phrases avec lui, même sur son sujet de prédilection : mes déplacements en voiture.
Il est sympa mais pas très poli car il a une propension agaçante à donner des indications vocales sans tenir compte du fait qu’une conversation est en cours entre passagers du véhicule ce qui m’amène soit à rater la sortie d’autoroute, soit à demander le silence pour saisir son message qu’il ne manque jamais de répéter, interrompant ainsi un débat passionnant comme il y en a souvent dans ma voiture.
Gérard a pris peu à peu sa place dans ma voiture : Il est prioritaire.
Certes, je pourrais éviter de l’activer systématiquement mais il me permet d’éviter plus surement les contraventions dues aux radars de feu et autres pièges.
Alors, je me soumets.
Volontairement.
Mais d’autres personnes m’accompagnent dans mes déplacements lorsque je ne suis pas dans ma voiture
John de la rame de metro « mind the gap »,
Tom du bus « Please move to the back of the bus».
Mais aussi
Jane de la Circle line si enthousiaste qui me répète à chaque station que nous sommes en route « to : Tower Hill ! »
Ou Molly du bus qui m’indique l’arrêt suivant.
Il y a d’ailleurs une étude gender à faire sur le sujet. Pourquoi ce sont des voix féminines qui nous donnent des informations et des voix masculines qui nous donnent des « ordres polis »
Il me semblait que le seul lieu préservé de ces messages vocaux était nos domiciles une fois que l’ascenseur nous ait indiqué : « doors opened »
Mais c’est fini.


Nous sommes allés déjeuner chez des amis, heureux acquéreurs d’une enceinte connectée à commande vocale nommée Alexa.
C’est pratique. 
Il n’est plus nécessaire d’utiliser ses doigts pour commander une pizza, demander une musique, se faire rappeler une tache, remplir la liste des courses.
Grace à Alexa, lecture et écriture ne sont plus utiles pour bon nombre d’actions.
La limite ? Il faut interrompre la conversation en cours pour demander une musique de fond.
« Deux secondes de silence s’il vous plait que je puisse demander une musique de fond.
Alexa,  playlist jazz.
Alexa ?
Alexa,  playlist jazz »
Bref, c’est à mon avis plus rapide de se lever pour le faire soi-même et cela n’impose pas le silence à tout le monde. Mais c’est l’avenir nous dit-on.
Un avenir qui promet d’être drôle si j’en crois l’histoire que l’on m’a raconté :
Un rigolo ayant repéré une Home Google chez son voisin s’amuse tous les soirs à commander l’extinction des lumières en promenant son chien.
Au passage je note qu’Alexa et Google à qui on donne des ordres, ont des voix féminines par défaut. Je note.
Quoiqu’il en soit, à votre avis, combien de temps avant que j’en équipe mon domicile moi aussi parce qu’il ne sera plus possible de commander une pizza autrement ou parce que finalement, je vais y trouver plus d’avantages que de limites ?

Robert, sauvegarde et publie.



Ps : Cela peut aussi réciter le chapelet, lire l’évangile et gérer la liste des trucs à confesser.

Et qui sait demain, donner des points bonus pour activité prière une heure par jour effectuée et enregistrée sur la semaine en prévision de l’absolution après confession sous certificat crypté \°/

Ps2 : Pensez-vous que le fait de donner des noms propres aux voix synthétiques permette de les humaniser parce ce que le langage est le propre de l'homme, zut ?
(Vous avez deux heures).

Ps3: On peut aussi enregistrer une voix sur Wase  et la cela devient beaucoup plus amusant. "Tourne de ton côté, Attachez vos ceintures on décolle, 22 ! "

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire