mardi 14 octobre 2014

La pastorale de l’échelle à barreaux


In English below

Le document de synthèse des débats de la première semaine du synode a choqué certaines personnes dont j’ai lu les articles de blog.
J’ai été étonnée puis navrée de leurs réactions à plusieurs titres.
Premièrement il ne s’agit que d’un document de travail pour alimenter la réflexion des groupes durant la seconde semaine. 

Pourquoi crier avant d’avoir éventuellement mal ? Peut-être auraient ils préféré que l’on ne connaisse pas la teneur des débats mais n’auraient –ils pas alors pointé du doigt ce manque de communication ?

Pourquoi d’autre part utiliser un langage guerrier (victoire, contre-attaque etc.)  alors que le synode doit faire émerger une synthèse éclairée par l’Esprit Saint. Mais peut-être ne sommes-nous pas convaincus du rôle de l’Esprit Saint dans le synode en y voyant qu’une bataille entre deux camps ?
Pour rentrer plus en détail dans les reproches faits à ce texte, il semble que certains aient peur de voir la doctrine morale de l’Eglise changer.  D’autres battent des mains croyant voir une révolution dans ce texte.

Tout ça parce que nos évêques se sont penché avec un esprit d’écoute miséricordieuse sur un certain nombre de sujets.  
Cette attitude n’a rien de révolutionnaire, c’est celle du Christ !
Aller vers les pécheurs, regarder ce qui est bon en eux et les encourager à grandir au lieu de les enfoncer dans leur péché.  Qui a critiqué le Christ en son temps ?


Si le mot péché n’est pas employé dans ce texte e n’est pas parce que les évêques ne croient plus qu’il y ait péché mais parce que l’on n’attire pas une mouche avec du vinaigre.

Si la doctrine sur le mariage n’est pas plus réaffirmée dans ce texte cela ne signifie pas qu’elle serait oubliée. De quoi avons-nous peur ? Que l’on axe la pastorale sur ceux qui peinent à gravir les barreaux de l’échelle de la sainteté au détriment de ceux qui sont déjà sur les derniers échelons. Nous voulons une distribution de bons points et de mauvais points, qu’on nous dise que nous sommes les premiers de la classe  de façon à pouvoir regarder de haut les autres avec un esprit serein ?

Il n’y a pas de quoi battre des mains non plus, rien de révolutionnaire ici. Combien de prêtres et de laïcs en mission ou pas vivent au quotidien cette pastorale et il est bon de les  sécuriser dans leur discernement pastoral miséricordieux. Oui ils sont dans le vrai lorsqu’ils accueillent les gens quel que soit leur niveau de croissance et si c’est cause de scandale dans leur paroisse, il faut vraiment se demander si nous voulons une Eglise de saints ou une paroisse de saintes nitouches bien entre elles.  


Bref, le synode est loin d’être fini et au lieu de chercher la petite bête, avançons dans la confiance  
L’esprit Saint guide l’Eglise depuis plus de 2000 ans.


Pastoral ladder

The executive summary of the proceedings of the first week of the synod has shocked some people I have read blog articles.
I was surprised and sorry to their reactions in several ways.
Firstly it is only a working document for reflection groups during the second week. Why scream before evil? Maybe they would have preferred that we do not know the content of the debates but-they would not be singled out for this lack of communication?
Why use a second language warrior (victory against attack etc.) while the synod should be informed by the Holy Spirit synthesis emerge. But maybe we're not convinced of the role of the Holy Spirit in the synod in seeing a battle between two camps?
To get more detail in the criticisms of this text, it seems that some are afraid to see the moral teaching of the Church to change. Other clap fancying a revolution in this text.
All that because our bishops are addressed in a spirit of compassionate listening on a number of topics. 
This attitude is nothing revolutionary, is the one of Christ !
Go to sinners, look at what is good in them and encourage them to grow instead of sinking into their sin. Who criticized Christ in his time?
If the word sin is not in that text e is not because the bishops do not believe that there is sin, but because it does not attract a fly with vinegar.
If the doctrine of marriage is as reaffirmed in this text that does not mean she would be forgotten. What are we afraid of? That pastoral one axis on those who are struggling to climb the rungs of the ladder of holiness at the expense of those that are already on the top rungs. We want a distribution of good and bad points, we want to be told that we are the first class in order to be able to look down on others with a calm mind?
There is nothing to clap either, nothing revolutionary here. How many priests and laity in mission or not live this pastoral experience daily and it is good to secure them in their compassionate pastoral discernment. Yes they are right when they welcome people regardless of their level of growth and if this is a cause of scandal in their parish, you really wonder if we are a Church of saints or goody two shoes parish.
In short, the synod is far from over and instead of nitpicking, moving in trust. 
The Holy Spirit guides Church for over 2000 years.

2 commentaires:

  1. "il faut vraiment se demander si nous voulons une Eglise de saints ou une paroisse de saintes nitouches bien entre elles. "
    Exactement. :-)

    RépondreSupprimer
  2. "Mais peut-être ne sommes-nous pas convaincus du rôle de l’Esprit Saint dans le synode en y voyant qu’une bataille entre deux camps ?"
    Je suis bien d'accord avec toi !

    Laissons donc le Saint-Esprit faire son boulot et redoublons de prière au lieu de nous diviser les uns les autres.

    RépondreSupprimer