mercredi 27 mars 2013

Toujours plus bas




Une info chasse l’autre, et chaque fois nous descendons une marche. Toujours plus bas.
Aujourd’hui, c’est l’affaire « Baby-loup » qui occupe le devant de la triste scène de nos édiles.
 Ils s’agitent sans réfléchir, juste pour rebondir à qui mieux mieux sur l’actualité. Relayés par les médias, ils s’abaissent pour plaire au peuple au lieu d’essayer de le tirer vers le haut.

Valls nous promet un projet de loi, l’UMP dépose une proposition de loi. Moi d’abord, madame, j’étais le premier !
Et l’Ifop interroge les français par téléphone sur un sujet auquel ils n’ont pas réfléchi  parce que la télé réfléchit à leur place. Ils donnent leur avis calés dans leurs canapés alors qu’ils ne prennent même plus la peine de lever leur derrière pour aller voter.


Le résultat de tout ça : 84 % opposés au port du voile ou du foulard islamique par des femmes travaillant dans des lieux privés accueillant du public (commerces, supermarchés, cabinets médicaux, crèches et écoles privées)
Et demain, 84 % opposés à la croix autour du cou, ou à l’icône sur le mur de la nounou qui garde vos enfants ?
Mais non ce n’est pas pareil hein. Racines chrétiennes etc.
Et je ne parle même pas des musulmans français qui reçoivent ce genre de signe de la part de leurs compatriotes.

Toujours plus bas.

Quand toucherons-nous le fond ?

lundi 25 mars 2013

Et demain ?


Question: comment trouver une sortie de crise honorable dans ces conditions demande Nathalia Trouiller dans son article ici

Il faudrait déjà être d’accord sur ce que l’on entend par sortie de crise.

Pour ma part je suis venu manifester contre la loi Taubira et démontrer aux sénateurs, au gouvernement et peut être demain au conseil constitutionnel que nous sommes nombreux à être défavorables à cette loi et celles qui suivront.

Certes je suis écœurée par la sous-estimation répétée des manifestants, le CESE, les déclarations des uns et des autres mais je pense que notre force réside dans le déroulement pacifique de nos manifestations.

J’ai regardé les organisateurs de la manif pour tous se démener pour obtenir l’autorisation de manifester sur les Champs comprenant bien que le suspense sur le lieu de manif avait pour objectif d’occuper le terrain médiatique et de mobiliser les troupes.
J’ai bien vu Frigide Barjot annoncer une sorte de mouvement « Occupy Les Champs » mais j’ai pris son propos pour ce qu’il était, une barjolade.
Pourtant, alors que la réponse définitive de la préfecture de police était arrivée, j’ai vu apparaître via les réseaux un groupe appelé « printempsfrançais » dont le premier message le 15 mars (jour même du courrier préfectoral)  était celui-ci:
Une des plus vastes mobilisation méprisée... Le bon sens bafoué... 700 000 pétitions rejetées...
Des MILLIERS de CITOYENS FRANCAIS excédés... Le 24 MARS, on ne vient PAS SEULEMENT pour manifester... ON VIENT POUR OCCUPER!!!!  (voir le kit du campeur)

Visiblement pas très en accord avec la manif pour tous  voir sur leur site (LMPT demande le retrait immédiat de la vidéo intitulée « Le Printemps français », qui emploie ses logos et des images de ses porte-parole, en particulier Frigide Barjot, sans leur accord.)
Impossible de savoir qui est derrière ce « printemps » jusqu’à hier ou j’ai découvert  qu’il s‘agit entre autre de  Béatrice Bourges  porte parole de la manif pour tous…
Une sorte de dissidence donc pour une action plus musclée si on en croit leur site « nous voulons le retrait de la loi Taubira, et nous l’obtiendrons, par tous les moyens ». « Notre rôle de manifestant n’est pas de danser et de lancer des ballons, mais d’installer une opposition irréductible au projet Taubira. »
« Au-delà de la Manif Pour tous que nous avons suivi depuis le début (novembre, décembre, janvier, février et aujourd’hui), notre détermination s’est renforcée. Le gouvernement et la préfecture ont voulu nous interdire les Champs-Élysées, nous les avons forcés- Nous, hommes, femmes, enfants, pères et mères, célibataires, mariés, divorcés, parisiens et provinciaux, bref de simples citoyens normaux. Ce soir, notre insoumission est une révélation ».
Bref, ll y avait bien la volonté de quelques-uns  de s’installer sur les champs malgré l’interdiction. Pas des membres du GUD même s’ils sont toujours dans les bons coups mais des familles avec enfants et ados venues avec tentes et sacs de couchage pour rester malgré l’interdiction.  

Quel est leur objectif : le retrait de la loi Taubira comme moi mais pas les mêmes moyens.

Comment trouver une sortie de crise honorable demande donc Natalia.
 A mon avis pas en durcissant ainsi le mouvement. Durcir le mouvement c’est aller vers une insurrection contre-productive et l’immense majorité des manifestants du 23 mars sont des démocrates qui souhaitent certes être entendu, demandent le respect de leurs opinions mais respectent aussi le verdict des urnes. Le résultat est la focalisation des médias sur les incidents au lieu d'être obligé de relayer l’importance de la manif.

Il nous faut simplement continuer à témoigner calmement, légalement et sans entrer dans une surenchère qui dessert notre message et notre témoignage et nous réjouir d'être toujours plus nombreux.
Nous perdrons me direz-vous.
Je pense que nous avons déjà gagné en faisant prendre conscience aux « gens » des conséquences de la loi.
Et il faudra continuer pour que l’homme et la création soient centraux dans notre société.
Cela prendra du temps et cette semaine, nous avons un autre chemin devant vers nous, vers la croix et au delà. 






Correctif: Béatrice Bourges n'est plus porte-parole de LMPT

mardi 19 mars 2013

Seul celui qui sert avec amour sait garder



Un deuxième article sur le Pape, péché de gourmandise en plein carême ? Papophilie exagérée ?
Peut-être, mais surtout l’envie de faire résonner et raisonner pour moi-même et vous lecteurs,  les mots de l’homélie papale de la messe d’inauguration du pontificat.

En effet cette homélie est la mise en mots de ce que l‘on pressentait dans ses gestes et attitudes de ces derniers jours, de la vision que le Pape François a de sa mission pétrienne.
Le texte de son homélie est ici.
J’en retiens surtout deux verbes : Garder et servir et la dimension universelle de son propos.
Il s’adresse certes aux catholiques qui gardent le Christ dans leur vie mais surtout au monde pour lui rappeler sa mission humaine et la responsabilité de tous dans la protection de la création, de l’environnement, des plus faibles.
Garder le monde et se garder soi-même avec bonté et tendresse.
Garder, prendre soin avec tendresse et bonté, c’est aussi la mission de chacun dans sa famille  son entourage en se gardant soi-même de la haine, l’envie et l’orgueil qui salissent nos vies.
Tout un programme à méditer et à appliquer au quotidien.

Servir, c‘est le vrai pouvoir. Cette partie de l’homélie me renvoie à ma propre réflexion sur le service
Un service humble, concret et riche de foi. Une fois de plus, ses mots pour définir sa mission nous renvoient à la nôtre.
Et une fois de plus, il ouvre sur l’universalité  en ouvrant les bras et en accueillant l’humanité toute entière et spécialement les plus pauvres, les plus faibles, les plus petits

Ses derniers mots : Priez pour moi.
Je prie donc notre Seigneur pour notre Pape François. Qu’Il lui donne en abondance la bonté et la tendresse qui feront de lui un pasteur qui protège et sert l’Église et le monde.

Et un petit joke final parce que la joie c'est bon !



mercredi 13 mars 2013

François, c’est tout



Le premier Pape François. 
Incroyable mais vrai 
Il aura fallu un jésuite pour oser prendre le nom du saint d’Assise mais aussi du missionnaire en Amérique latine.
Humilité, je l’appelais de me vœux en vous parlant de Chito.
Au côté des pauvres. Depuis l’ouverture de mon blog, je vous bassine avec la DES J
Je suis donc plutôt contente mais d’autres signes me réjouissent.

Un Pape qui nous invite prosterné,  à la prière dès ses premiers mots. 
Ça clache
Un pape qui n’utilise pas une seule fois ce titre. Il se présente comme l’évêque de Rome. Un futur équilibrage entre curie et évêques ?


Je l’aimais avant de savoir qui il serait et  Deo gracias l’Esprit Saint a soufflé une fois de plus.
Progressiste, rétrograde ? Que m’importe, il est Francois et c’est tout.
J’ai remarqué aussi qu’il a utilisé plusieurs fois dans son discours le mot « fraternité » 
Il va nous falloir nous, nantis du premier monde nous mettre au diapason.

Chouette !!!!

Les tarées



Comme beaucoup je surveille la cheminée du Vatican et j’attends la fumée blanche.
Je me réjouis à l’avance de la future nomination.
Laetare !


Je suis donc sur mon petit nuage rose  et rien ne semble pourvoir m’en faire descendre et pourtant j’aurai des raisons.
Hier, des femmes ont fait leurs malines.
Non, je ne parle pas des deux femens  demandant la fin de la papauté.  
C’était risible et pas de quoi papoter.


Je parle des nénettes de la "women's ordination conference" qui ont fumé rose.
Venir faire leur sketch au Vatican pendant le conclave relève pour moi d’un lobbying malvenu ou plutôt du buzz inapproprié au moment.
Qu’elles militent pour l’ordination des femmes, c’est leur droit  même si  c’est pour moi un non sujet.
Mais qu’elles revendiquent le droit de porter des dentelles sur leurs jupes comme Christine Pedotti  pendant le conclave, ou organisent un lâché de fumée rose me parait être une erreur stratégique.
Au moment où les cathos homme et femmes prient pour le conclave, faire son show dénote une attitude bien peu respectueuse de l’Eglise, complètement hors propos et  ce sera de surcroît surement contre-productif.
Elles démontrent surtout qu’elles n’ont pas plus compris l’Eglise et le conclave que les excitées aux seins nus. L’activisme ne fera pas avancer l’Eglise dans leur sens.

Voilà, je retourne prier et me réjouir.

mardi 12 mars 2013

Pas de fumée sans feu



Viens Esprit Saint. 





























Nous demandons ta bénédiction sur nos frères cardinaux

Donne-leur ton don de la sagesse pour qu’ils votent avec sagesse. 
Donne-leur ton don de l’intelligence pour qu’ils reconnaissent les besoins de l’Église. 
Donne-leur ton don de la connaissance pour qu’ils puissent analyser et clarifier les idées pertinentes à la croissance et au bien-être de l’Église.
Donne-leur ton don du conseil pour qu’ils entendent en eux la parole de Dieu. 
Donne-leur ton don de la piété pour qu’ils t'appellent par la prière. 
Donne-leur ton don de la force pour qu’ils puisse faire face aux difficultés. 
Donne-leur ton don de la crainte du Seigneur pour qu’ils soient ensemble avec Lui 

Viens Esprit Saint. Viens avec tes dons innombrables demeurer au cœur de nos cardinaux

Amen. 


dimanche 10 mars 2013

Ta croix au milieu de mes ronces


« Cet homme fait bon accueil aux pécheurs »
Seigneur, j’ai honte de mon comportement envers toi, envers moi-même et envers mes prochains
Pardonne-moi d‘avoir parfois vécu comme si j’étais le pivot de l’affaire.
Pardonne-moi de t’avoir oublié, de m’éloigner de toi ;
Pardonne moi mon attitude envers le autres, mon manque de respect, ma manière de penser et de parler des autres.
Toi, qui ne cesse de nous aimer, pardonne-moi, Seigneur


« Le plus jeune partit pour un pays lointain où il gaspilla sa fortune en menant une vie de désordre »
Pardonne-moi, Seigneur mes infidélités, de ne pas prendre du temps et de ne pas avoir assez de patience pour écouter et entourer mes parents, ma famille, mes amis. 
Pardonne-moi de toute mon impatience, mon incompréhension, mon manque de sensibilité et de reconnaissance à leur égard. 
Pardonne-moi de ne pas répondre de bon cœur à leur besoin d’aide, d’écoute et d’amitié.
Pardonne-moi mon refus de simplement passer du temps avec eux.



« Père, donne-moi la part d‘héritage qui me revient »
Pardonne-moi Seigneur, de t’avoir blessé par ma méfiance envers toi, de ne pas avoir cru et ne pas avoir fait confiance à ta parole, de t’avoir négligé, laisser attendre jusqu’à ce que cela convienne ou plaise.
Pardonne-moi Seigneur, mon indifférence envers toi, envers ton amour, ta tendresse dont tu veux me combler.
Je t’ai traité comme un objet mort bien que ton cœur soit miséricordieux.

« Je ne mérite plus d’être appelé ton fils »
Pardonne-moi mon Dieu, pour les moments où j’ai été désespéré quelquefois en pensant qu’il n’y a pas de miséricorde pour moi, que j’avais perdu tout crédit auprès de toi.
Pardonne-moi d’être souvent sourd à ton appel, de m’être laissé noyer par les ténèbres.
Pardonne-moi d’avoir mal compris et sous-estimé la grandeur de ta miséricorde.

« Comme il était encore loin, son père l’aperçu et fut saisi de pitié. Il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers »
Seigneur, tu nous surprends par ton amour constant et inlassable. Comment te remercier ? Comment répondre à ton amour, ta tendresse, ta générosité ?
Pardonne-moi d’oublier et négliger de mon coté l’amuor nvers mon prochain, envers mes frères et seours de ta famille.
Pardonne-moi d’avoir oublié que c’est à toi que je rends un service mais aussi que c‘est toi que  néglige d’aider lorsque je néglige quelqu’un en ne le respectant pas  comme toi-même.
Je reconnais de plus en plus que toi et eux c’est un.
Pardonne-moi d’être long à comprendre la grandeur de ton amour, de ton humilité en devenant un de nous en Jésus, Dieu fait chair.
Tu t’identifies à chacun et chacune de nous. Pardonnes-moi mon entêtement et mon égoïsme en voulant me faire grand au lieu de servir comme tu l’as fait.

Inspiré de la litanie pénitentielle à Notre dame de France, Londres le 10 mars 23013.  C'est cadeau !

mardi 5 mars 2013

Ipagdarasal kita Chito


Ipagdarasal kita Chito ou en français: Je prie pour Chito

Je n’ai pas le droit de vote au conclave et j’en suis plutôt soulagée car choisir le successeur de Pierre est une énorme responsabilité. Les cardinaux électeurs vont prier, réfléchir, discerner et de mon côté j’ai, comme de nombreuses personnes, consulté leurs biographies et je prie pour eux.
Je ne sais pas si on peut influencer l’esprit saint pour qu’il favorise un cardinal ou l’autre mais dans le doute, je confie Mgr Tagle à vos prières.

Pourquoi lui ?

Une personne simple, humble, engagée au côté des plus pauvres. Evêque d’Imus, il accueillait à sa table les plus démunis.
Une personne intelligente qui fait des études brillantes mais qui a aussi l’intelligence du cœur et qui laisse parler ses émotions du rire aux larmes.
Une personne qui sait être proche et parler vrai
Une personne qui maitrise les médias modernes (TV et internet)


Une personne qui saurait dire à tous que Dieu les aime des trottoirs de Manille aux couloirs du métro parisien.

Lors du synode de la nouvelle évangelisation, il disait :
« L’Église doit apprendre l’humilité de Jésus. La puissance de Dieu apparaît dans le dépouillement du Fils, dans l’amour qui est crucifié mais sauve réellement parce qu’il s’est vidé de soi pour le bien des autres.
L’Église est appelée à suivre le respect de Jésus pour toute personne humaine. Il défendait la dignité de tous, en particulier de ceux qui étaient négligés et méprisés par le monde. En aimant Ses ennemis, Il affirma leur dignité.
L’Église doit découvrir le pouvoir du silence. Confrontée aux afflictions, aux doutes et aux incertitudes des personnes, elle ne peut prétendre fournir des solutions faciles. En Jésus, le silence devient la voie d’une écoute attentive, de la compassion et de la prière. Il est la voie à la vérité .Les sociétés apparemment indifférentes et désoeuvrées de notre époque recherchent Dieu avec ardeur. L’humilité de l’Église, son respect et son silence pourraient révéler plus clairement le visage de Dieu en Jésus. Le monde trouve plaisir à un témoignage simple de Jésus - doux et humble de coeur. »

De son coté, Mgr Villegas  philippin lui aussi disait : « Que nous venions de pays du premier monde ou du tiers-monde, tous nous cherchons des modèles qui nous inspirent et nous stimulent », a-t-il expliqué. La nouvelle évangélisation sera donc l’œuvre « de nouveaux saints », « des héros vivants » capables d’inspirer les jeunes, « d’enflammer leur cœur » pour leur faire connaître l’amour que Jésus a pour eux. « Notre expérience du tiers-monde me montre que l’Evangile peut être annoncé à des estomacs vides, mais à l’unique condition que l’estomac du prédicateur soit aussi vide que celui de ses paroissiens »

Visiblement l’Esprit Saint souffle fort aux Philippines et je prie pour que notre futur Pape soit à l’image du portrait dressé par les évêques philippins et qui sait peut être même qu'il soit Chito 1er  

Et pour l'anecdote de "celle voit des signes partout", j'ai cliqué sur  http://adoptacardinal.org/ et deviner quel cardinal le hasard m'a confié ;) Réponse ICI 










lundi 4 mars 2013

Déshonneur mal placé



Honneur.  Selon Wikipédia « L'honneur se gagne par des actes admirés par la collectivité. En ce sens, l'honneur est un attribut collectif, comme la vertu est un attribut individuel. Il peut y avoir des vertus secrètes; d'honneur secret, point. L'honneur, mais surtout le déshonneur et la honte se transmettent aux proches par contagion. »

Pourquoi cette prise de tête un lundi sur quelques mots ?

          Dans le déshonneur par le coiffeur de Charles Burton


J’ai lu ce weekend le Point références « L’islam faits et mythes » que je vous engage à lire.

Par des connections synaptiques bizarres  dans mon cerveau de dyslexique légère, le mot honneur est apparu mais aussi déshonneur et retour de l’honneur perdu .



Dans l’inconscient collectif parfois encouragé par la propagande, le déshonneur collectif et la recherche de restauration de celui-ci sont tenaces.
Dans notre histoire récente, la perte de l’Alsace Lorraine ou de l’autre côté du Rhin, l’humiliation de 14-18  a poussé nos peuples de nouveau à la guerre pour laver la tâche.

Bien souvent, un ou des héros plus ou moins auto proclamés et charismatiques émergent et prendre en charge la mission salvatrice.
L’objectif est de restaurer la situation antérieure, une situation idéalisée et sacralisée.

Ça y est j’ai trouvé comment ma lecture m’a entraînée dans cette réflexion : L’honneur soit disant  perdu de l’Islam par l’abolition du califat  et la création d’Israël que même la décolonisation n’a pas pu laver.
Mais je ne veux pas m’arrêter à ce simple exemple, j’ai aussi cité la France et l’Allemagne et je peux vous parler aussi de la Chine. Le nationalisme présent dans l’actualité par l’affaire des ilots chinois ou japonais ramène un peuple entier à l’humiliation de la conquête japonaise en 1937 que la défaite du Japon en 1945 n’a pas effacé.

La notion de retour de l’honneur se cristallise souvent  sur le respect des traditions ancestrales rigoristes parce que le déshonneur serait advenu du fait de la déliquescence de la société et de ces valeurs et finalement de la force vive.
Les femmes bien souvent  sont alors mises en première ligne de la reconstruction fantasmée. La vertu de celles-ci étant vu comme le ferment d’une restauration de la situation ancienne idyllique.
« Vous seules, savez donner à tous ce goût du travail, ce sens de la discipline, de la modestie, du respect qui font les hommes sains et les peuples forts. Vous êtes les inspiratrices de notre civilisation chrétienne. » disait le Maréchal Pétain aux femmes à la radio.
Le retour du voile dans les sociétés musulmanes peut être aussi vu sous cet angle et le choix libre de certaines de porter le voile peut être  alors leur acceptation de leur rôle dans la restauration de l’honneur collectif.
La notion de retour d’honneur passe aussi par les héros qui à la force de leurs bras et de leur voix entraînent le peuple. Les exemples ne manquent pas. On attend d’eux qu’ils  redorent eux seuls le blason terni.

Souffrons nous actuellement  en France d’un sentiment de déshonneur collectif ?
La perte d’une certaine suprématie française dans le monde et la crise qui remet en cause un modèle social et républicain dont nous avons longtemps été fiers nous donnent-il un sentiment d’être déshonorés à nos yeux et à ceux du monde ?
Le désir de revenir à une situation antérieure ou la France était dans notre inconscient la fille ainée de l’église mis aussi le pays des lumières etc… est- il présent chez nous ?
La société ne souhaite elle pas restaurer une France idéalisée ? Le bon vieux temps des droits sociaux et de la croissance  ou le bon vieux temps de la chrétienté,  blanche de surcroît ?   Attendons-nous un héros ? (Désolée je n’ai pas trouvé de personnes dignes de porter ce costume, nous avons tout juste des bateleurs(euses) et des … je n’ai pas le mot)

Sommes-nous  capables de regarder devant avec lucidité, en laissant derrière nous le ressenti  d’un déclin largement surévalué et sclérosant et le rêve d’un retour de l’honneur perdu inutile et clivant ?
La France et L’Allemagne ont  su faire table rase de leurs déshonneurs respectifs après la seconde guerre mondiale alors je garde l’espoir de nous voir à nouveau y arriver.

Je ne suis pas sure de la valeur de mon analyse mais j’ai épuisé mon stock de neurones et je m’arrête donc là.
Prenez ça comme une piste de réflexion, rien de plus.

Sinon, j’ai cherché le terme honneur dans les évangiles,  il n’est cité qu’une fois.
"Lorsque tu seras invité par quelqu'un à des noces, ne te mets pas à la première place, de peur qu'il n'y ait parmi les invités une personne plus considérable que toi, et que celui qui vous a invités l'un et l'autre ne vienne te dire : Cède la place à cette personne-là. Tu aurais alors la honte d'aller occuper la dernière place. Mais, lorsque tu seras invité, va te mettre à la dernière place, afin que, quand celui qui t'a invité viendra, il te dise : Mon ami, monte plus haut. Alors cela te fera honneur devant tous ceux qui seront à table avec toi. Car quiconque s'élève sera abaissé, et quiconque s'abaisse sera élevé." Luc 14, 8-11

Cela ne répond pas à mon propos précédent si ce n’est peut-être que cette notion n’a pas eu l’air d’intéresser beaucoup Jésus…
Pourtant  il n’a pas hésité à fréquenter les déshonorés (prostituées, publicains), il n’a pas renoncé à  affronter le déshonneur de la croix pour sauver les hommes.

Il est passé au-delà.

Voilà.


samedi 2 mars 2013

Puissance M




Mon fils aîné a été fils unique 15 mois. 15 mois durant lesquels il a eu ses parents pour lui tout seul.
Je me souviens de m’être dit en le regardant alors, qu’il ne me serait pas possible d’aimer deux enfants aussi fort que je l’aimais lui. Je pensais qu’il allait perdre une part de mon amour au bénéfice de son frère. Moi-même fille unique, je n’ai jamais eu à partager l’amour de mes parents.
Et son frère est né, et mes angoisses ont disparu.

Le cœur d’une mère (et d’un père) est incroyable.

Quand j’en parle avec des amis, on me dit souvent que le cœur grandi pour pouvoir donner de l’amour à chaque enfant. C’est vrai mais ce n’est pas tout.
Quand je regarde un de mes enfants, c’est tout mon amour qui se dirige vers lui. Si mes yeux ou mes pensées se tourne vers son frère ou sa sœur, c’est à nouveau la plénitude de mon amour qui s’oriente vers lui.

J’ai remarqué que je ne pense jamais à eux comme à un groupe. Chacun est bien identifié. Lorsque je dis « mes enfants »,  ce n’est pas un groupe que je visualise intérieurement mais bien chacun unique objet de mon amour.

Le cœur d’une mère (et d’un père) est incroyable.

Mais pourquoi  vous raconter cela maintenant ?



Ce matin, tout le monde dort encore à la maison, et je profite de ce temps (Un de mes moments préféré de la journée) pour penser à chacun d’eux, les présents comme les absents et pour lire l’évangile du jour.


Ce texte rabâché au KT, usé par les préparations à la réconciliation prend soudain un éclat nouveau.

Certes, je ne sais pas grand-chose de Dieu mais Jésus avec ce texte m’en dis beaucoup. 
Cet amour de Dieu pour les hommes, est bien celui d’un père. Chacun le reçoit en totalité. Quand le regard du père se dirige vers le fils prodigue, il n’y a plus que lui. Son second fils est jaloux. Il ne comprend pas que qu’il ne perd aucune parcelle de l’amour de son Père au profit de son frère.

Le cœur de Dieu est grand mais il ne se partage pas, chacun de nous reçoit tout son amour.

Un amour puissance M