mercredi 27 novembre 2013

Joie !



Le pape nous a écrit, j’ai donc lu .

A la première lecture hier, stabilo en main, j’étais ravie de trouver des points qui rejoignent ma conception de l’église. Ravie aussi de certains passages que j’ai pu interprété comme les critiques à ceux qui ne pensent pas ou n’agissent pas comme moi.
Bref, Joie !

Ce matin j’ai relu la lettre et surtout ce que je n’avais pas « stabiloté »
Curieusement, ces passages je les ai lu mais j’ai glissé dessus rapidement comme si cela ne me concernait pas.
Pourtant c’est là que François me parle à moi, là qu’il m’encourage, là que se trouve ma conversion à faire.

J’en profite pour remarquer que ce n’est pas la première fois que je zappe ainsi.
Pas plus tard que dimanche dernier, notre curé nous a proposé d’échanger entre nous sur l’annonce d’Evangile en nous appuyant sur un support préparé en doyenné.
Bonne idée me dis-je puis très rapidement ce papier m’a encombré. Je me suis même dis qu’il m’embêtait le curé avec son évangélisation.  Je l’ai donc rangé au fond de mon sac et sa rédaction a pris place dans mon agenda dans la case « calendes grecques ». Enfin pas tout à fait parce que je sais bien que je vais le faire, mais zut.

Pour en revenir à la lettre du Pape, j’ai bien failli elle aussi la ranger hier soir en essayant d’oublier les zones non « stabilotées ».
Mais ce matin j’ai fais un tour sur twitter et le #EvangeliiGaudium. Beaucoup de personnes qui twettent le lien mais il y a aussi beaucoup de citations du style Sacré François (la tête de carême sans pâques haha ! ) ou du style et vlan dans les dents (y’en a qui ne vont pas aimer tel numéro )
Bref, chacun a « stabiloté » ce qui lui plaisait dans la bonne humeur, la joie même.

Alors, deuxième lecture  ce matin et La question jaillis
Suis-je missionnaire ? Quel est mon témoignage ?
Immédiatement, les trucs que je pense faire « bien » m’arrivent. PapaMAmanEtCinqEnfantsQuiVontALaMesseEtToutEttout
Trop bien ! Je peux passer à autre chose. Ouf ?

Mes yeux accrochent alors une phrase : Accueillir, pardonner et encourager… Facile je fais ça tout le temps non ?
Au-delà de mon cercle douillet… Aie
Les gens que je croise au-delà voient-ils en moi une personne habitée par le Christ ? Hum
Le 128 pique pas mal lui aussi comme le diraient mes enfants.
Il présente la façon quotidienne de porter l’évangile à nos frères.
Cela parait si simple alors pourquoi je ne le fais pas ?
Peur d’être étiquetée Kto de service ? Peur des moqueries ? Peur de ci et de ça.
Bref peur parce que je finalement, je n’ai pas confiance en moi et sans doute pire en Lui ?
Peur plus simplement parce que je refuse d’être convertie moi-même.

Voilà c’est dit.
Cette conversion me fait peur, ça va trop loin, Laissez-moi ronronner avec mon Dieu tranquille.
Le mécanisme du « stabilotage » de hier, c’était cela.
Surtout ne pas se poser les bonnes questions, celles qui te bousculent et t’amènent à changer.
Honnêtement, cette peur est toujours là mais je sais maintenant ce qui coinçait finalement avec le questionnaire du curé.

Plonger dan le grand bain parce que Tu me tiens la main
Dimanche prochain, commence l’Avent, le temps de l’attente qui nous engage à la confiance et l’espérance.
Je vais faire mienne la prière qui clôt l’exhortation papale pendant ce temps pour y trouver la force de la confiance. 
Je vais faire un pas dehors, un petit pas sur le palier pour voir.
Je vais parler évangélisation avec quelques personnes que je connais pour prendre confiance.


Prendre confiance en moi mais surtout toujours plus en Lui et pouvoir un jour (pas trop lointain j’espère) parler de Dieu hors de mon cercle.

Quitter la pataugeoire et plonger dans le grand bain avec Lui.

Merci François pour tes encouragements, j’en ai bien besoin.

Vierge et Mère Marie,
toi qui, mue par l’Esprit,
as accueilli le Verbe de la vie
dans la profondeur de ta foi humble,
totalement abandonnée à l’Éternel,
aide-nous à dire notre “oui”
dans l’urgence, plus que jamais pressante,
de faire retentir la Bonne Nouvelle de Jésus.

Toi, remplie de la présence du Christ,
tu as porté la joie à Jean-Baptiste,
le faisant exulter dans le sein de sa mère.
Toi, tressaillant de joie,
tu as chanté les merveilles du Seigneur.
Toi, qui es restée ferme près de la Croix
avec une foi inébranlable
et a reçu la joyeuse consolation de la résurrection,
tu as réuni les disciples dans l’attente de l’Esprit
afin que naisse l’Église évangélisatrice.

Obtiens-nous maintenant une nouvelle ardeur de ressuscités
pour porter à tous l’Évangile de la vie
qui triomphe de la mort.
Donne-nous la sainte audace de chercher de nouvelles voies
pour que parvienne à tous
le don de la beauté qui ne se ternit pas.

Toi, Vierge de l’écoute et de la contemplation,
mère du bel amour, épouse des noces éternelles,
intercède pour l’Église, dont tu es l’icône très pure,
afin qu’elle ne s’enferme jamais et jamais se s’arrête
dans sa passion pour instaurer le Royaume.

Étoile de la nouvelle évangélisation,
aide-nous à rayonner par le témoignage de la communion,
du service, de la foi ardente et généreuse,
de la justice et de l’amour pour les pauvres,
pour que la joie de l’Évangile
parvienne jusqu’aux confins de la terre
et qu’aucune périphérie ne soit privée de sa lumière.

Mère de l’Évangile vivant,
source de joie pour les petits,
prie pour nous.
Amen. Alléluia !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire