lundi 14 octobre 2013

Il peut toujours rêver (Spécial Élections Élancourt)


Le candidat FN d’Elancourt profite de l’Aïd el Kabîr pour tenter de diviser les élancourtois.

1- Dans un communiqué, il rappelle que la commune a financé les années précédentes la mise en place d’un abattoir mobile en violation de la loi de 1905 sur la laïcité.
Il oublie de spécifier que le conseil d’état a jugé que les abattoirs temporaires ne contreviennent pas à la loi de 1905 « ces dispositions ne font pas obstacle à ce qu’une collectivité territoriale ou un groupement de collectivités territoriales, dans le cadre des compétences qui lui sont dévolues par la loi ou qui sont prévues par ses statuts, construise ou acquière un équipement ou autorise l’utilisation d’un équipement existant, afin de permettre l’exercice de pratiques à caractère rituel relevant du libre exercice des cultes, à condition qu’un intérêt public local, tenant notamment à la nécessité que les cultes soient exercés dans des conditions conformes aux impératifs de l’ordre public, en particulier de la salubrité publique et de la santé publique, justifie une telle intervention et qu’en outre le droit d’utiliser l’équipement soit concédé dans des conditions, notamment tarifaires, qui respectent le principe de neutralité à l’égard des cultes et le principe d’égalité et qui excluent toute libéralité et, par suite, toute aide à un culte »
D'autre par, ce n'est pas la seule ville d'Elancourt qui a financé cette opération puisque les communes avoisinantes et le syndicat de la ville nouvelle participent à ce financement. 

2- Il s’engage à faire cesser ces pratiques sur notre commune.

 Dans son communiqué, il précise que l’abattoir temporaire cette année se situera au pied de la colline Élancourt citant une l’autorisation de la DRIEE sans donner le lien d’accès à ce courrier. Ce qu’il ne dit pas c’est que cet emplacement est à Trappes et non à Élancourt.  Plus d’abattoir sur Élancourt cela ne l’arrange pas alors il sous-entend que cela se passe chez nous.

3- Des pratiques contraires à nos us et coutumes
La liberté d’exercer son culte est une des règles fondamentales de notre pays. La seule limitation étant les troubles à l’ordre public. Le lieu choisi cette année comme les années précédentes (Parking de France Miniature) est  loin de toutes habitations.
En quoi d’autre part le rituel du sacrifice de l’Aïd serait-il contraire à nos us et coutumes. Qu’il soit différent des us et coutumes des non musulmans certes mais contraire… 
Dernière ce 'nos' qui y a t'il ? Ceux qui revendiquent des racines chrétiennes de notre pays mais pas les valeurs chrétiennes que sont l'amour de son prochain et le partage.

Pour finir, Nicolas Boher nous engage à voter massivement pour lui aux municipales sur Élancourt.
Il peut toujours rêver en ce qui me concerne tant ses procédés me déplaisent. 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire