vendredi 9 août 2013

Malepeur



En lisant les posts des uns et des autres, je ressens une grande tristesse devant le ton agressif, et finalement empreint de peur et d’aigreur qui se généralise et ne semble pas vouloir évoluer.
Notre vision de la famille, de la vie à laquelle nous sommes si attachés et dont nous refusons qu’elle ne soit plus la vision collective nous amène à des discours tranchés et la surenchère est reine de nos discussions.
Je vous propose dans ce billet de regarder la situation au travers du prisme du deuil et de son processus.
Vous savez le deuil, cette douleur que provoque la rupture d’un attachement.
Si le moment de la perte n’est pas perçu, le travail de deuil ne peut pas s’engager. Percevoir le moment de la perte, c’est accepter que la loi sur le mariage est passée tout comme celle sur les embryons. C’est fait. Refuser de l’accepter c’est  refuser la réalité et risquer de s’enkyster dans le déni. Par exemple en jurant ses grands dieux que ces lois seront abolies.


Snirck le Maléché, seigneur du clan de malepeur :)
Puis vient la colère  qui peut aller jusqu’à la fureur (on ne lâchera rien par exemple)

Dans la foulée vient la peur pour soi et pour les autres et les mots comme décadence, fin de civilisation, dictature, état policier en sont symptomatiques.

Pour de nombreuses personnes, cet état peut durer très longtemps surtout s' il est entretenu par des haineux qui s’abreuvent des sueurs froides qu’ils déclenchent. (Je vise certains blogs dont je ne donnerai pas le nom pour ne pas leur faire de pub)


Pourtant, le travail de deuil ne peut s’arrêter là alors s’il vous plait regardons ensemble les étapes suivantes.

Que vienne la tristesse née de la prise de conscience que ce qui a été fait a été fait et qu’il n’y a plus rien à faire sur ce sujet.
Alors enfin nous pourrons continuer en nous disant que certes c’est dur mais c’est ainsi et que nous allons continuer à vivre le mieux possible. » Pour certains cela pourrait passer pour un abandon et c’en est un en effet. (en tout cas à court et moyen terme).

Un jour nous pourrons même pardonner. Nous pardonner d’abord de ne pas avoir su convaincre puis pardonner aux autres que nous n’avons pas convaincus.

J’espère que nous pourrons aussi trouver dans ce deuil un sens et voir par exemple que grâce à ce deuil nous avons compris la gageure de l’enfouissement et l’importance du témoignage dans la joie.

 Alors nous pourrons nous tourner vers l’avenir dans la confiance que nous avons oublié depuis trop longtemps. 

Ayons confiance en Lui qui ne peut nous inspirer ni la haine, ni l’aigreur, ni le repli sur nous-même.

5 commentaires:

  1. pas trop d'accord.
    ok pour un deuil, quand on n'y peut plus rien.
    pas ok pour un génocide qui, tout de même, continue.
    là on se trouve dans la situation dans laquelle on était entre 1930 et 1945, la seule position possible est la résistance.

    depuis la loi sur l'IVG, on a le devoir d'informer, de convaincre, de résister, de donner une voix à ces enfants car ils continuent à être tués. de même qu'on doit donner une voix aux enfants prévus pour les PMA, GPA, et à ceux qui seront pervertis dans les écoles.

    ce n'est pas parce que la situation en Corée du Nord semble bloquée qu'il faut qu'on arrête d'espérer qu'un jour ces gens pourront sortir de leur enfer.

    c'est aussi la liberté religieuse et de conscience qui est en jeu, on ne peut plus porter de croix, ni témoigner, dans la rue: quid de l'évangélisation? devra-t-on aller en garde à vue quand on ira distribuer des tracts sur Paray ou les horaires des messes de Noël sur le marché? ou quand on sera d'une autre opinion que le PS?

    pratiquer le deuil avant la mort, c'est un peu la dérive euthanasique.
    là je trouve qu'on est dans une autre logique.
    néanmoins, je récuse tout discours de haine.
    il vaut mieux fuir certains échanges.
    voire certaines personnes qui ne sont pas prêtes à dialoguer.
    ou avec les quelles on n'est pas capable de construire des ponts car on est trop éloignés.
    mais je pense que beaucoup ont déjà fait du chemin en voyant les réactions absurdes du PS en matière de liberté d'expression.

    le vrai problème est le grand public qu'on nourrit de télé-propagande.
    car les Gvts nous laissent twitter tant qu'on est un faible pourcentage, mais dès qu'on sera significatifs, ils fermeront les réseaux.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Anonyme. Génocide, Corée du Nord,gardes à vue à Paray, télé-propagande,censure prévisible. Voilà typiquement le vocabulaire de la phase colère et peur.

    RépondreSupprimer
  3. Non, on peut encore, on peut toujours. Aimer l'autre en face que nous ne convainquons pas ! l'aimer, oui sans haine. Sans se renier soi-même, ou ses valeurs... Car l'étape qui suit souvent, la défaite, c'est : "Vous avez perdu, devenez comme nous !" Oui, mais non ! Nous vivons d'une autre expérience, d'un amour plus fort que la mort, d'un amour plus fort que la haine. Sans haine, vivre dans cette foi dans l'amour de Dieu, qui nous dit que face à la mort, nous pouvons vivre encore de l'amour et en témoigner, car la mort a été vaincue par l'amour. C'est aussi une des bases profondes de notre confiance dans la vie, dans notre amour de la vie, c'est notre espérance. Témoigner encore de l'amour, vivre de l'amour au-delà de la mort, c'est je crois la trame de fonds des veilleurs, c'est ce qui devrait inspirer ce mouvement. C'est ce que moi je vis et veut vivre. Tant que mon humanité profonde sera blessée, je témoignerai, dans la simplicité et le calme, l'amour et la tendresse de l'autre, sans le harceler et le crucifier, mais en témoignant simplement de ce qui est violenté, harcelé, défiguré de l'humanité en moi par ces lois. Un simple témoignage d'humanité. En frère.

    Christophe

    RépondreSupprimer
  4. Christophe, je pense que le mouvement des veilleurs est une des "sorties"de deuil positives avec la reflexion sur l'écologie humaine.

    RépondreSupprimer
  5. je suis la première anonyme ...parce que ça a pas voulu mon nom ;)

    donc je veux pas dire qu'il faut se raidir sur le mariage,
    mais que j'appelle pas ça un deuil.

    ensuite, pour moi, la meilleure résistance c'est effectivement les veilleurs, l'écologie humaine, plutôt qu'un combat ou un soulèvement, qui de toutes façons pourrira dans l'oeuf car le Gvt en a les moyens. c'est tout ce qu'ils cherchent, du reste, pour placer leurs pions plus facilement.

    je prends pour discernement l'oeuvre de Jean Paul II en Pologne, qui a refusé la résistance violente, n'a usé que de parole et de culture, ...et la prière et le sacrifice, bien sûr, et a réussi à éradiquer le communisme quasiment de la surface de la terre (la Chine ouvrait ses frontières 5 jours avant sa mort). ceci sans toucher à un cheveu d'un seul communiste.

    mais je refuse de me résigner. c'est juste ce que je voulais dire.

    (c'était do )

    RépondreSupprimer