mercredi 3 avril 2013

Irréprochable et impardonnable



Première faute grave
Avec un peu de recul sur les évènements, j’en arrive à penser que l’affaire Cahuzac était inévitable. Lorsque l’on prétend mettre en place une république irréprochable,  on nie la nature humaine qui n’est pas parfaite. Cette vision déifiée de l’homme qui n’est pas sans rappeler l’idéal franc-maçon, est  une erreur et l’addition est arrivée.
Non, les hommes politiques ne sont pas des saints laïcs, ils sont des hommes ni plus ni moins humains que nous alors j’aimerai qu’ils arrêtent de tenter nous faire croire le contraire et de se prendre pour des hommes dieux.

Deuxième faute grave
Irréprochable, cela signifie : à qui on ne peut adresser aucun reproche parce qu’il n’y a rien à reprocher ce qui est irréaliste.
En fait irréprochable par un glissement sémantique dans la classe politique et les médias revient à dire : A qui il n’est pas permis de faire de reproche.  Parce qu’il ne faut pas salir la république avec des affaires, il vaut mieux les enterrer, serrer les coudes entre frères  de tous bords.

Troisième erreur
Impardonnable ! De mieux en mieux. Depuis quand une telle faute est-elle impardonnable. Depuis quand un homme qui reconnait sa faute, demande pardon et se dit rongé par le remord n’a pas droit au pardon.
Il sera jugé et c’est normal, il sera sanctionné et c’est normal, mais même la justice reconnait qu’un homme jugé qui a effectué sa peine à droit à la réintégration sociale.
Impardonnable peut être d’avoir confessé son erreur qui révèle son humanité, Il est déchu de l’olympe pyramidale.

Arrêtez de vous prendre pour des dieux  et d’essayer de nous le faire croire. Nous nous porterons tous mieux vous et nous. 

Alors moi qui ne suis pas irréprochable, je pourrai pardonner au lieu de crier à l'hallali avec la meute.

5 commentaires:

  1. Qui veut faire l’ange fait la bête, écrivait Pascal... Tout est très juste dans ton billet !

    RépondreSupprimer
  2. c'est en effet comme cela qu'il faut le voir ...

    RépondreSupprimer
  3. Bravo ! il n'y a pas de péché impardonnable. En cette période de Pâques rppelon que Jésus est mort pour racheter nos péchés. Qu'il y ait une sanction, soit. Mais après la sanction il y a le pardon et la rédemption. Prions pour que Jérôme Cahuzac ne se laisse pas aller à une issue fatale après un tel hallali gauche et droite confondues. Rappelons nous Bérégovoy (qui n'était certes pas blanc bleu) abandonné par tous ses "amis". Je me félicite de n'avoir jamais fait de politique de ma vie et désormais je me refuse à voter.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ces mots qui désacralisent la "République irréprochable" au lyrisme qui sonne faux. Plus le monde se croit irréprochable plus il risque de devenir hypocrite. On ne croit plus à la faiblesse de la vraie nature humaine, ni au péché, on ne croit donc plus au pardon ni au rachat. Le volontarisme va créer l'homme parfait...
    Faute il y a eu, mensonge; justice il doit y avoir. Mais pas mise à mort."Que celui qui n'a jamais péché....

    RépondreSupprimer
  5. Les mots n'ont plus dans la société française le sens littéral que nous utilisons dans notre "jargon" catholique. D'ailleurs, il me semble qu'il y a un péché impardonnable, le blasphème contre l'Esprit Saint.

    Notre église, elle aussi, a connu des hommes qui ont péché et dont les agissements ont été couverts par certaines autorités. Alors, si je n'excuse pas, je sais que je continuerai à voter parce que c'est mon devoir de citoyenne et que je veux croire que chaque homme peut se rapprocher du Père.
    Ecrit en ce dimanche de la Miséricorde

    RépondreSupprimer