mardi 19 mars 2013

Seul celui qui sert avec amour sait garder



Un deuxième article sur le Pape, péché de gourmandise en plein carême ? Papophilie exagérée ?
Peut-être, mais surtout l’envie de faire résonner et raisonner pour moi-même et vous lecteurs,  les mots de l’homélie papale de la messe d’inauguration du pontificat.

En effet cette homélie est la mise en mots de ce que l‘on pressentait dans ses gestes et attitudes de ces derniers jours, de la vision que le Pape François a de sa mission pétrienne.
Le texte de son homélie est ici.
J’en retiens surtout deux verbes : Garder et servir et la dimension universelle de son propos.
Il s’adresse certes aux catholiques qui gardent le Christ dans leur vie mais surtout au monde pour lui rappeler sa mission humaine et la responsabilité de tous dans la protection de la création, de l’environnement, des plus faibles.
Garder le monde et se garder soi-même avec bonté et tendresse.
Garder, prendre soin avec tendresse et bonté, c’est aussi la mission de chacun dans sa famille  son entourage en se gardant soi-même de la haine, l’envie et l’orgueil qui salissent nos vies.
Tout un programme à méditer et à appliquer au quotidien.

Servir, c‘est le vrai pouvoir. Cette partie de l’homélie me renvoie à ma propre réflexion sur le service
Un service humble, concret et riche de foi. Une fois de plus, ses mots pour définir sa mission nous renvoient à la nôtre.
Et une fois de plus, il ouvre sur l’universalité  en ouvrant les bras et en accueillant l’humanité toute entière et spécialement les plus pauvres, les plus faibles, les plus petits

Ses derniers mots : Priez pour moi.
Je prie donc notre Seigneur pour notre Pape François. Qu’Il lui donne en abondance la bonté et la tendresse qui feront de lui un pasteur qui protège et sert l’Église et le monde.

Et un petit joke final parce que la joie c'est bon !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire