lundi 11 février 2013

Petites histoires de jeûnes



Quand j’étais jeune (dans les années 70-80),  je n’avais étrangement jamais saisi que la période majeure de ma vie de chrétienne était Pâques.  
Noël  était bien plus important pour moi.
Des années de KT et d’aumônerie pétries de bons sentiments mais une méconnaissance réelle de pleins de trucs importants.
Du Carême  je n’avais retenu que le mardi gras…
Plus tard, j’ai découvert la Semaine Sainte et Pâques et j’ai compris que c’était cela qui faisait de moi une chrétienne.
Mais mon Carême s'est limité longtemps à un don au CCFD et plus tard à un jeûne le vendredi Saint pour faire bien.
J’étais en règle selon moi.
Puis, je suis parti vivre à l’étranger, dans des pays ou la foi s’exprime naturellement et j’ai appris.
Ce Carême, Je l’ai compris au Liban au contact des maronites et des orthodoxes, je l’ ai approfondi en Algérie puis en Ethiopie.

Tête de Carême
« Quand tu jeunes, parfume-toi  la tête ».

En vivant entourée de personnes qui jeûnaient  (pas de viande, ni de poisson) au Liban, j’ai découvert que cette pratique existait en dehors des monastères et qu’elle n’était pas une démarche de mortification mais de joie. Cette même joie que l’on ressent lorsqu’on prépare une fête, lorsqu’on confectionne un cadeau à offrir.

Un jeune joyeux parce qu’il est n’est pas privation mais offrande au Père et aux autres.
A mon retour en France, les bols de riz avaient fait leur apparition et je me suis dit que nous étions sur le bon chemin. Le sens de l’offrande faisait son chemin.
J’ai continué personnellement mon carême oriental  sans rien en dire et je suis repartie pour l’Algérie cette fois.

«Ainsi ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret ».
Au contact des musulmans, j’ai creusé la signification de mon propre jeune. Le ramadan social, fais parfois à contre cœur, par obligation. Les privations du jour et le débordement alimentaire de la nuit. Ce n’était pas la même chose, c’était plus visible mais mon jeune n’a pas pour but d’obtenir le pardon de mes fautes, il n’est pas tourné vers moi, mais vers les autres et vers Dieu en don gratuit et sans attendre de reconnaissance ou de récompense.  
Pendant ces années, j’ai aussi pris conscience que ce jeune, cette offrande était aussi pour le monde, la création.  A mon jeune oriental, j’ai rajouté le choix de ne consommer que des denrées alimentaires produites dans le pays. Faites le test, c’est édifiant et pas qu’en Algérie.

 « Cette veuve mendiante a déposé plus que tous ceux qui déposent dans le trésor. Car tous ces gens déposent ce qui leur est superflu, tandis que celle-ci a pris de son indigence pour déposer tout ce qu'elle avait ».
Bien sûr  je peux faire des dons aux associations sans jeûner et je peux prier aussi mais j’ai retenu un passage des évangiles qui m’a marqué. Celui de la veuve qui offre peu mais qui offre son nécessaire.
Mon passage en Ethiopie m’a conforté dans cette voie.  Je m’y suis rendu en plein carême copte.  Les coptes éthiopiens ne vivent pas l’abondance c’est le moins qu’on puisse dire et pourtant ils jeunent et se  privent ainsi de l’essentiel.

« L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » 
Jeûner,  c’est aussi expérimenter la faim. 
Il ne s’agit de s’affamer de façon masochiste mais de vivre l’attente du rassasiement.
Déjà, le jeune eucharistique le dimanche nous instruit sur cette attente. Quelques heures pour préparer son corps à devenir en Eglise corps du Christ et son esprit à se nourrir de sa Parole.
Le jeune du carême est cette attente, cette faim de Dieu, seule vraie nourriture.

Voilà donc mon jeûne de riche.
Au-delà du superflu (TV, PC etc.),  grignoter sur mon "essentiel" pour l’offrir joyeusement à Dieu, aux autres et à la création parce que l'essentiel est ailleurs.

J'apprends à l'instant que Benoit XVI renonce à poursuivre son pontificat. Une raison de plus pour jeûner et prier afin d'accompagner son départ et le choix de son remplaçant.

Je vous souhaite un saint carême.

Ps: Le petit lien spi du carême dont je suis fan Carême en croyant  en partenariat avec Carême dans la ville dont je suis fan aussi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire