dimanche 3 juin 2012

The only fear is laisser faire


Lors de la confirmation de mon fils, j’ai compris qu’en matière de foi, il faut laisser faire ou plutôt se laisser faire.
Nous sommes habitués à être dans la maitrise au quotidien, dans l’image et peu à peu, nous nous formons une carapace qui est de plus en plus difficile à quitter.
Nous multiplions les activités qui donnent de nous une image qui nous l’espérons correspond à celle du chrétien.
On nous parle du chrétien comme quelqu’un qui doit voir dans l’autre un frère, qui doit être amour et  nous en sommes convaincus.


Mais comment l’être en vérité si nous ne sommes pas capables de laisser tomber les masques et les armes. 

Comment accueillir si nous sommes fermés?

C’est valable  dans nos rapports sociaux mais cela l’est aussi dans notre dialogue avec Dieu.

Pour l’entendre, pour que l’Esprit Saint agisse en nous, il faut laisser faire.



J’ai l’exemple récent d’un jeune qui  a bataillé plusieurs années, déployé des trésors d’énergie  pour occuper son temps et son esprit. (Études, scoutisme, jeux vidéo et tout et tout)
Un jour, il a décidé de laisser l’Esprit Saint faire. Il commence son année de discernement  à la rentrée.
Je pense aussi aux services en paroisse ou au bénévolat, qui sont certes une mission principale du Chrétien  mais qui peuvent aussi nous éviter le face à face et la réelle conversion.


Faire, et ne pas laisser faire.

Ne déployons nous pas des trésors d’énergie  pour ne pas laisser faire l’Esprit en nous ?

La question est peut-être plus profonde, avons-nous confiance en Dieu au point de le laisser faire ?

Pourtant laisser faire l’Esprit est un préalable indispensable pour faire vraiment.

1 commentaire:

  1. Vous avez entièrement raison. Et c'est bon de faire le point sur ses engagements et de parfois lâcher prise à tous points de vue. C'est tellement facile de s'aveugler... alors que l'Esprit est là, toujours là.

    RépondreSupprimer