jeudi 31 mai 2012

Pentecôte, l'Esprit Saint, tout ça ...



Vous allez penser que je suis une horrible sentimentale ou que  j'ai le coeur plein de peines grosses comme ça.
Vous aurez sans doute en partie raison. 
Pourtant habituellement, je suis plutôt quelqu'un qui se maîtrise en public.
Mais voilà j'ai pleuré. 
Pas des gros sanglots qui bouillonnent, juste des larmes qui coulent doucement. 
Sans tristesse.
Et le pire c'est que ce n'est pas la première fois.
Je ne suis pas très portée sur les réunions type effusion de l'esprit, sur les prières fraternelles avec impositions des mains. 
J'ai tendance à me carapater vite fait après les louanges pour éviter le truc. 
Cela me rappelle les spectacles de GodTV que j'ai pu regarder à l'étranger avec transes et tout. 
C'est comme l'adoration, pendant longtemps, je n 'ai pas été très pratiquante. 
Je regardais de loin en me protégeant en fait de la rencontre qui bouscule tout.
La prière c'est bien mais point trop n'en faut.


Et pourtant, il me suffit d’entendre et chanter 


Jésus, toi qui a promis d’envoyer l’Esprit
A ceux qui te prient,
ô Dieu, pour porter au monde ton feu
Voici l’offrande de nos vies.

Pour sentir les larmes couler sur mon visage.



Pas de quoi pleurer?


Je trouve ça si beau, qu'il suffise de prier, de demander pour recevoir cette force.
J'en suis chaque fois toute retournée.

Tant d'amour à recevoir, c'est énorme et cela change la vie.


Alors je pleure des larmes de gratitude, le sourire aux lèvres.


2 commentaires:

  1. Sur la messe de Saint Padre Pio :

    - Je vous ai vu trembler en montant les marches de l’autel. Pourquoi ? Est-ce à cause de ce que vous étiez sur le point de souffrir ?

    "Pas de ce que j’allais souffrir, mais de ce que j’allais offrir."



    - À quel moment du Divin Sacrifice souffrez-vous le plus ?

    "De la Consécration à la Communion."



    - Père, ce matin, à la Messe, quand vous lisiez le récit d’Ésaü qui a vendu son droit d’aînesse, vos yeux étaient remplis de larmes.

    "Et pensez-vous que rejeter les dons de Dieu, ce n’est rien ?"



    - Pourquoi avez-vous pleuré durant la lecture de l’Évangile en arrivant à ces mots :

    « Celui qui mange ma chair et boit mon sang… » ?

    "Pleurez tendrement avec moi…"



    - Pourquoi êtes-vous toujours sur le point de pleurer en lisant l’Évangile pendant la Sainte Messe ?

    "Et cela vous semble-t-il de peu d’importance que Dieu parle à ses créatures et soit continuellement contredit et blessé par leur ingratitude et leur incroyance ?"

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas ce texte, mais c'est exactement ça... Mieux dit.
    Pleurer tendrement.
    Merci.

    RépondreSupprimer